Rob’Autisme est un des deux projets solidaires de l’association Robots !, en collaboration avec le Centre psychothérapique Samothrace (CHU de Nantes), Stereolux et l’École Centrale de Nantes. Il a été officiellement initié en octobre 2014 avec la formation des cadres hospitaliers. Depuis novembre 2014, des ateliers culturels initiant de jeunes autistes à la manipulation de Nao, un robot humanoïde, sont réalisés. Une expérimentation scientifique inédite et prometteuse a été initiée, qui recommence en 2015-16. Parmi les objectifs de l’association autour de ce projet: diffuser un protocole à base de robots et destiné à améliorer les capacités de communication de personnes souffrant de troubles autistiques ; établir un réseau national pour l’échange et la discussion entre tous les intervenants concernés par l’autisme (CHU, associations, parents, établissements scolaires, etc.) ; et ouvrir à court terme des ateliers appliquant le protocole à toutes les personnes souffrant de troubles autistiques en région Pays-de-la-Loire.

 

[Télécharger le projet de recherche 2016-18 au format pdf]

 

[Télécharger le dossier de presse du 29/01/2016 au format pdf]

 

[Télécharger la vidéo du spectacle du 02/07/2015 au format mp4]

 

 

 

Autisme et robot : contexte international

 

  • Projet Aurora, 1998. Initié par le Professeur Kerstin Dautenhahn, UK. Augmenter les capacités d’engagement social d’enfants autistes.
  • Projets Keepon et ESRA, 2005. Keepon, initié par Professeur Hideki Kozima, Tokyo. ESRA, initié par Professeur Brian Scassellatti, US
  • Lego MindStorms NXT, 2010. Initié par Professeur Sandra Costa, Portugal.
  • Lego Trevor, 2010. Initié par Professeur Mark B. Colton, USA
  • Nao, 2011. Initié par Professeur J.C.C. Gillesen, Pays-Bas. Imiter un mouvement, répondre à une demande d’aide, auto-initiation, attendre son tour, résoudre un problème.
  • Robokind, 2012. Initié par Professeur Sandra C. Costa, Portugal. Mesure des interactions avec le robot : temps de jeu, tentatives de contact physique avec le robot, tentatives de contact verbal avec le robot, tentatives de contact verbal avec l’humain, capacité à refaire les jeux sans le robot.

 

Les origines du projet Rob’Autisme

 

Rob’Autisme est la rencontre entre le monde de la psychothérapie, le monde de la robotique et celui des arts. Depuis plusieurs années, le CHU de Nantes (et plus précisément son hôpital de jour, le Centre psychothérapique pour grands enfants et adolescents) propose un atelier sonore auprès de jeunes autistes mené par l’orthophoniste Rénald Gaboriau. En 2012, suite à la rencontre avec Stereolux, espace de création et de diffusion destiné aux musiques actuelles et aux arts numériques, cet atelier a intégré l’intervention de l’artiste sonore Cécile Liège.

 

RobAutisme1

 

La rencontre avec Sophie Sakka, chercheuse à L’IRCCyN (sur le site de Centrale Nantes), a permis d’amplifier ces ateliers sonores depuis novembre 2014, en proposant aux adolescents une découverte du monde de la robotique. Présidente et fondatrice de l’association Robots ! qui a pour objet la démocratisation de la robotique, Sophie Sakka anime l’atelier autour de Nao, en lien étroit avec le travail de réalisation sonore déjà amorcé les années précédentes. Centrale Nantes est partenaire de ce projet, œuvrant activement depuis deux ans pour proposer ses compétences en ingénierie au service de la santé.

L’équipe de l’hôpital de jour et Sophie Sakka se retrouvent donc tous les quinze jours à Stereolux pour ces ateliers visant à initier des adolescents souffrant de troubles autistiques à la manipulation du petit robot humanoïde français Nao. En six mois, leurs progrès ont été spectaculaires et ont dépassé les espérances des professionnels de santé.

 

Une expérimentation inédite et prometteuse

 

Durant six mois, Sophie Sakka, chercheur en robotique à Centrale Nantes et présidente de l’association Robots!, a appris à six adolescents souffrant de troubles du spectre autistique à utiliser le logiciel qui permet de gérer les mouvements et la voix du petit robot. Les adolescents ont tout d’abord appris à découvrir Nao et les possibilités qu’il offre – le faire parler, se déplacer… – puis l’ont programmé eux-mêmes pour l’amener à s’exprimer :

« Ils l’ont très vite pris en main. Dans un premier temps, ils faisaient dire à NAO ce qu’ils ne pouvaient pas exprimer. Petit à petit, ils se sont mis à se parler par l’intermédiaire du robot. »

Connu du grand public pour ses prestations dansées, le robot Nao est piloté directement par ces adolescents. Il les entraîne par le jeu, la musique et la danse dans une expérience sensorielle et sonore. Dans le cadre de cet atelier, les enfants ont produit un  spectacle sur la base de l’œuvre Une histoire à quatre voix d’Anthony Browne : ils ont enregistré les voix qu’ils allaient prêter à Nao et imprimé les mouvements correspondants. C’est la première fois qu’un public spécifique est acteur même du processus de création et de programmation du robot. Les enfants programment eux-mêmes le robot, décident ce qu’ils vont lui faire dire, ressentir ou faire comme mouvement :

« Le côté ludique est important pour ces jeunes qui ne jouent pas forcément beaucoup. Pendant les séances, ils communiquent, ils sont présents. »

 

Nao : un support de médiation dans la thérapie de l’autisme

 

Dès les premières séances, l’équipe médicale a constaté l’impact à plusieurs niveaux sur l’adolescent : sa capacité à expérimenter, à communiquer au sein de son groupe et la fierté de pouvoir montrer ses compétences. Elles ont également constaté une évolution de séance en séance (tous les 15 jours) et une nette amélioration durable du quotidien du jeune autiste, même en dehors des séances.

« Le résultat a été inespéré sur eux, phénoménal. On a constaté une évolution de séance en séance sur leur capacité à communiquer. Au bout de six mois, on avait affaire à des adolescents qui ne hurlaient plus pour se faire entendre, se concentraient mieux et réussissaient à communiquer entre eux », s’enthousiasme Sophie Sakka.

 

RobAutisme2

 

Le robot est un support rassurant et ludique pour porter l’appel à l’autre, l’investir et le développer. Le personnel du CHU de Nantes qui suit ces enfants depuis des années est également agréablement surpris par ce résultat :

« Cela a fonctionné sur eux grâce au phénomène de transfert. Le robot est devenu leur extension, il parle à leur place. Tout le monde le regarde quand il s’exprime, et pas la personne qui le manipule. Ils sont donc ‘cachés’ derrière et peuvent alors exprimer des choses qu’ils n’oseraient pas dire. Ils se sentent en sécurité ».

Une réelle appétence pour l’outil informatique a été depuis longtemps observée chez ces jeunes porteurs d’un trouble envahissant du développement. Il amène de la créativité, de la spontanéité et ouvre à de nouvelles interactions dans le groupe. Le travail se fait en binôme autour d’un ordinateur et d’un robot, ce qui nécessite d’écouter l’autre, de lui laisser une place, mais aussi de « prendre soin » de l’outil lui-même. Au-delà d’un jouet sophistiqué, Nao pourrait bien être un précieux support thérapeutique qui facilite le langage, le dialogue et permet aux enfants une meilleure prise en compte de l’autre en leur faisant prendre conscience qu’il leur faut collaborer pour programmer le robot.

 

Une recherche-action en cours

 

Après un travail d’observation lors des ateliers menés en 2014-2015, un travail de recherche-action a été lancé lors de cette nouvelle session qui se déroule entre janvier et juin 2016. Menée par le Docteur Laura Sarfaty du CHU de Nantes, l’objet de cette étude scientifique est de déterminer, au-delà des premières observations de l’équipe encadrante, si les robots Nao constituent un outil intéressant pour travailler les compétences communicationnelles et relationnelles chez les adolescents souffrant d’autisme. Voici les principes de cette recherche-action en cours, et dont le protocole est en constante évolution pour s’adapter au fur et à mesure de l’expérimentation. Il y a chez les personnes souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) une perturbation de la capacité à se représenter les pensées et intentions des autres. La manipulation et la programmation du robot Nao semble adaptée pour travailler sur l’amélioration de leurs facultés de communication.

Un bilan global sera mené avec l’ensemble des partenaires en début, à la moitié et à la fin de la phase d’expérimentation. Une évaluation des compétences communicationnelles et relationnelles de chaque adolescent est menée après chaque séance, ainsi qu’en dehors du temps de l’atelier lors d’entretiens avec les adolescents et leur famille. Par ailleurs, une saynète d’improvisation jouée par les robots et menées par les adolescents sera filmée en début et fin d’expérimentation [Saynète 2015 en haut de cette page]. Cela
permettra de mesurer la dimension d’intégration des habiletés sociales acquises grâce au travail de programmation et manipulation de Nao. L’analyse de leurs dessins représentant le robot en début et fin de projet permettra également un éclairage clinique sur l’évolution de leurs représentations et projections de cet outil.

 

RobAutisme3

 

De son côté, Stereolux entend poursuivre cette action culturelle en coordination avec son Laboratoire Arts & Technologies, dédié à l’expérimentation et ayant pour objet l’émergence d’avancées technologiques et d’usages innovants par la mise en relation d’artistes, entrepreneurs et chercheurs.

 

Vers la création d’un réseau

 

Devant le succès de l’expérimentation, les quatre partenaires souhaitent poursuivre cette expérience, la partager en tant qu’innovation thérapeutique et étendre le projet à d’autres communautés, pour élaborer un protocole et lui donner une dimension plus large.

Le travail de recherche a pour objectif de préfigurer l’élaboration d’un protocole afin que ce projet collectif puisse être reproduit en  réseau dans d’autres villes de France et sur différentes approches de compétences.

 

Partenaires

 

Ce partenariat hors du commun a révélé une grande complémentarité des différents partenaires pour porter cette expérimentation à la croisée entre l’action culturelle et la recherche scientifique. Cette mise en réseau de différents secteurs a permis de faire émerger un projet qui est à la fois artistique, technique mais également un support thérapeutique. Le projet Rob’Autisme, porté par le CHU de Nantes, Stereolux, Robots! et Centrale Nantes est le résultat de cette dynamique.

 

Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes

chuNantesLe centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes dispense des soins courants et de proximité aux habitants de l’agglomération nantaise. C’est un établissement de recours régional pour les patients nécessitant des compétences spécifiques. Il réunit plusieurs pôles de référence et d’excellence dans certains domaines au plan interrégional, voire national, conduit des actions de prévention et d’éducation thérapeutique, oeuvre à l’essor des soins palliatifs et de la lutte contre la douleur. Il est membre actif de plusieurs réseaux de santé. Le CHU de Nantes forme les futurs médecins, pharmaciens et odontologistes, ainsi que les professionnels des domaines de la santé et du travail social.

Depuis plus de vingt ans, le CHU de Nantes assure la promotion de la recherche biomédicale, et fait partie des dix CHU « fort  chercheur ». L’hôpital de Nantes favorise les actions culturelles dans ses établissements, en partenariat avec plusieurs structures de  diffusion et création de l’agglomération : expositions, concerts… mais aussi ateliers de création prenant une part entière dans les soins en tant que médiation dans certaines disciplines, notamment en psychiatrie.

Le service de pédopsychiatrie 2 du CHU de Nantes répond à une mission de diagnostic et de soins auprès d’enfants et d’adolescents présentant des difficultés psychologiques plus ou moins sévères et transitoires. En alliance avec la famille et soucieux du  développement de l’enfant et de son adaptation, il s’engage dans une mobilisation psychique de celui-ci en articulation avec les actions éducatives et pédagogiques. Le service, qui propose des consultations spécialisées, des accueils en groupe thérapeutique, des hospitalisations de jour, dispose de trois sites à Nantes et Savenay.

>> www.chu-nantes.fr
>> www.chu-nantes.fr/pedopsychiatrie-2-618.kjsp

Stereolux

 

stereoluxInstallé au coeur de l’île de Nantes, au sein de La Fabrique, Stereolux est un projet culturel et artistique orienté autour des musiques actuelles et des pratiques numériques. Ce projet, porté par l’association Songo, s’anime aux côtés d’acteurs culturels, des établissements d’enseignement supérieur et des entreprises créatives et innovantes. Cinq axes de programmation y sont représentés : Musiques, Cultures & Arts Numériques, Laboratoire Arts & Technologies, Apprendre & Pratiquer et Jeune Public. Ils ont pour vocation de diffuser, de sensibiliser et d’encourager la création des formes artistiques d’aujourd’hui et de demain : concerts, spectacles, installations, performances, workshops et conférences sont ainsi programmés dans différents espaces dédiés (deux salles de concerts, cinq studios de création numérique et multimédia, un espace d’exposition).

Stereolux a pour objectif de sensibiliser le public aux pratiques artistiques et numériques. Le service Action Culturelle développe donc des actions en faveur des tout-petits, du public scolaire, du tout public et des publics « spécifiques ». Ces derniers ayant des difficultés pour accéder aux disciplines artistiques et culturelles (maladie, isolement, déficience mentale etc.), Stereolux a choisi d’ouvrir ses portes et de mener des projets en co-construction avec les équipes éducatives et soignantes. C’est dans cette dynamique qu’est né le partenariat avec le CHU de Nantes et que s’est créé l’atelier Rob’Autisme.

>> www.stereolux.org

>> www.stereolux.org/actus-apprendre-pratiquer/robautisme-comment-nao-aide-de-jeunes-autistes-a-communiquer

 

Association Robots !

logo1L’association Robots!, créée en 2014, est dédiée Robotique & Art. Organisme de proximité, elle a pour objectif la divulgation de savoirs robotiques auprès du grand public. Ses actions se déclinent en conférences, événements et ateliers. Les démonstrations présentées en événements résultent d’une collaboration avec des artistes. L’association s’implique aussi pour l’insertion pour tous, à travers les programmes solidaires Rob’Solidarité et Rob’Autisme. Elle intervient aussi, avec le gérontopôle, auprès de personnes âgées.

>> www.association-robots.com

 

Centrale Nantes

 

ECNMembre du Groupe des Écoles Centrale, Centrale Nantes est une grande école d’ingénieurs qui diplôme des étudiants à l’issue de parcours académiques basés sur les développements scientifiques et technologiques les plus actuels et sur les meilleures pratiques du management. Elle déploie une recherche académique et appliquée au niveau européen qui s’appuie sur un large réseau de partenaires, profite d’un territoire géographique d’un grand dynamisme et témoigne de liens étroits avec le monde socio-économique, avec l’ambition de devenir leader sur des secteurs économiques d’avenir. Centrale Nantes articule son projet pédagogique et sa recherche autour de trois grandes thématiques porteuses d’innovation : industrie manufacturière, transition énergétique et santé.

Ces dernières années, Centrale Nantes a intensifié sa collaboration avec des établissements de santé comme le CHU de Nantes, et porte les compétences de l’ingénierie au service de la santé : imagerie médicale, big data, bio-informatique, fabrication additive de tissus, organes artificiels… Tous les laboratoires de Centrale Nantes sont labellisés par le CNRS et disposent d’installations expérimentales uniques dans leur domaine, ouvertes à l’Europe de la recherche et de l’industrie, dont un centre de calcul intensif.

>> www.ec-nantes.fr

>> Rob’Autisme : l’illustration de l’engagement de Centrale Nantes dans la santé

 

 

Contacts

 

Rob’Autisme dans les médias

 

Prix et distinctions

  • Concours Femmes du digital Ouest 2016, prix Intrapreneuse décerné à Sophie Sakka pour le projet Rob’Autisme

Articles scientifiques

  • Rob’Autism: how to change autistic social skills in 20 weeks. S. Sakka, R. Gaboriau, J. Picard, E. Redois, G. Parchantour, L. Sarfaty, S. Navarro and A. Barreau. International Workshop on Medical and Service Robots (MESROB), 4-6 juillet 2016, Graz, Autriche. [pdf]

Conférences

  • 9 juillet 2016: « Rob’Autisme II« . Présentation des résultats de la seconde année du programme. MakerFaire Nantes.
  • 4 juin 2016 : « Rob’Autisme« . Conférence TEDxRennes. [Vidéo]
  • 3 mars 2016 : « Rob’Autisme, support des émotions des adolescents autistes« . Journées de recherche en psychiatrie de la SIP, « Première journée de la recherche en pédopsychiatrie ». Amphithéâtre Lemoine – Maternité CHU de Nantes – 38, Bd Jean Monnet, Nantes. Intervenants (16h) : Laura Sarfaty (Pédopsychiatre, référant CHU de Rob’Autisme), Rénald Gaboriau (Orthophoniste), EE.Redois (Infirmière), Jean Picard (Infirmier), Sophie Sakka (Présidente association Robots !)
  • 10 Octobre 2015 : « L’autiste et le robot : un conte urbain du 21e siècle ». Semaine de la science, Ecole Centrale de Nantes. Résumé: Depuis 2014, le CHU de Nantes, Stereolux, l’association Robots ! et l’École Centrale de Nantes ont fait se rencontrer des robots humanoïdes et un groupe de 6 jeunes autistes. De plus en plus d’expériences à base de robots humanoïdes sont réalisées pour apaiser le stress de l’autiste face à son intégration sociale. Le robot est un outil, c’est aussi un ami dépourvu de jugement et d’affect. C’est un réceptacle affectif pour l’enfant autiste qui peut lui dire, lui faire dire, lui faire et lui faire faire ce qu’il veut. C’est cette expérience de l’enfant et du robot qui sera partagée ici, remise dans un contexte international.

    Par Sophie SAKKA, Maître de Conférences à l’Université de Poitiers, chercheuse à l’IRCCyN (institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes) –spécialité mouvement humain et humanoïde, chargée de mission CNRS en robotique et présidente de l’association Robots ! 

 

Presse écrite et internet

 

Télévision

 

Radio

 

Ils soutiennent Robots ! pour Rob’Autisme…

 

L’association Robots ! n’est pas subventionnée par les collectivités ni soutenue par les fondations. Notre investissement perdure uniquement grâce à des dons, les cotisations et les activités (conférences, ateliers, événements).

 

Vos soutiens nous permettraient, dans le cadre de Rob’Autisme :

  • d’acheter des robots et matériel/frais associés (ordinateurs, etc.),
  • de payer nos déplacements pour des interventions loin de Nantes dans le cadre de l’autisme,
  • de financer la formation des personnels encadrants et d’en assurer la gratuité pour les centres médicaux mal pourvus (donc d’assurer l’accès au programme par toute association ou centre médical travaillant sur l’autisme),
  • de participer aux frais d’un local en centre ville nantais, où toute personne souffrant de troubles du spectre autistique pourrait accéder au programme gratuitement.

Un grand merci à tous vos soutiens. Pour soutenir ou adhérer (20 euros/an) : envoyer un chèque à l’ordre de « Association Robots! » à l’adresse suivante : Association Robots – 11 rue de l’Arche Sèche – 44000 Nantes.

 

Logo-MAIF

 

Soutien de 650 Euros pour la partie pédagogie alternative associée au projet.

 

 

 

epsi

 

Soutien de 750 Euros pour l’aide à l’autisme.

 

 

softbankMise à disposition de deux robots NAO pour continuer le programme.